La Doyenne

La Doyenne est le projet de rénovation d’une maison victorienne bâtie en 1887, à deux pas du Carré Saint-Louis à Montréal.

Dans un cadre bâti à forte densité caractéristique du Plateau Mont Royal, le grand défi pour répondre au désir de ses nouveaux occupants fut de concevoir un agrandissement en cour arrière préservant leur intimité vis-à-vis des bâtiments latéraux et arrière.

 

La singularité du projet provient de l’intégration de multiples variations des niveaux d’étage. On entre dans la maison par le salon, situé à un demi-niveau au-dessus de la rue pour se rendre jusqu’à la cour arrière, légèrement encastrée dans le jardin. Cette intervention vise à créer un décalage de hauteur par rapport au niveau des terrasses voisines tout en renforçant la verticalité des volumes intérieurs. Les proportions de l’espace de salle à manger et cuisine sont alors perçues comme étant à double-hauteur.

L’enveloppe extérieure de la maison intègre plusieurs dispositifs visant à préserver l’intimité de ses occupants tout en laissant entrer la lumière ; les lames ajourées disposées à angle devant la fenêtre de la chambre ainsi que des écrans d’acier en saillie des fenêtres réduisant les vues latérales. Enfin, les puits de lumière et trémies d’escalier laissent entrer la lumière zénithale au cœur de la maison.

 

À l’intérieur, l’escalier majestueux de l’entrée est conservé et restauré. Il demeure la pièce maîtresse tout en créant un lien avec les nouveaux éléments intégrés à la maison. Deux escaliers sont ajoutés ; le premier relie d’une volée le salon à la salle à dîner. Le second, hélicoïdal mène à la terrasse sur le toit. Tous deux sont unis par leur ton vert impérial inspirée de l’histoire du bâtiment.

La palette du projet est ainsi composée à la fois de matériaux nobles tels que les planchers et les mobiliers de bois en chêne caractéristique des anciennes demeures bourgeoises, et de matières brutes comme les comptoirs en acier inoxydable que l’on retrouve dans la cuisine et les salles de bains.

 

Ainsi, la Doyenne capitalise sur la densité de son environnement pour dévoiler un projet intimement intégré à son milieu. Déployée sur 4 niveaux, sa spatialité intérieure se révèle être un espace continu accentuant l’interrelation entre les pièces de la maison.

Type

Maison unifamiliale

Intervention

Rénovation complète

Localisation

Plateau Mont-Royal

Date

2020

Crédits photo

Raphaël Thibodeau

Entrepreneur

Jim Farley