Résidence Beloeil

Suite à la venue d’un 2ème enfant, les clients décident d’acquérir une nouvelle maison de deux étages en semi-détaché dans l’arrondissement d’Outremont à Montréal. La jeune famille de deux enfants souhaite dès lors entreprendre une rénovation globale de cette maison de style Tudor datant des années 1930. Implantée sur un terrain de 4250 pieds carrés, la superficie de la maison est de 1250 pieds carrés par étage. La maison conçue toute en profondeur comporte une multitude de pièces cloisonnées qui restreint d’entrée de jeu l’apport de lumière naturelle au cœur du bâtiment.

 

N’ayant aucune isolation dans les murs extérieurs, il est décidé pour des raisons d’économie d’énergie de construire des nouvelles cloisons intérieures isolées au périmètre de la maison. Par ailleurs une reconfiguration importante des subdivisions intérieures est aussi entreprise. Les clients désirent avant tout restructurer le rez-de-chaussée de manière à décloisonner les espaces existants afin de créer des percées visuelles depuis l’avant vers l’arrière de la maison pour y faire pénétrer davantage de lumière naturelle. Deux corridors de circulation tout en rondeur sont ainsi dessinés au travers du rez-de-chaussée de la maison. Des puits de lumière sont introduits au niveau de l’escalier central et de la salle de bain familiale, tous deux situés au coeur de la maison côté mur mitoyen. De plus, la salle de bain principale profite d’une lumière en second jour offerte par le puits de lumière de l’escalier via un panneau de verre sablé.

 

On retrouve au rez-de-chaussée les espaces de vie composés de la cuisine et salle à manger côté jardin, puis le salon côté rue tel qu’à l’origine. Le deuxième étage est repensé avec trois chambres et deux salles de bain dont l’une attenante à la chambre des parents. La configuration de l’escalier d’origine à « marches dansantes » est conservée pour devenir l’élément phare du projet avec ses murs cintrés à l’aide de nouvelles courbes en plâtre. Le traitement formel de l’escalier se transpose dans la facture architecturale de l’ensemble du projet qui fait un clin d’œil au stuc artisanal d’origine qui a mal vieilli. Ainsi, les cloisons courbées, les plafonds voûtés sont autant de gestes formels qui insufflent au projet une fluidité dans la succession des espaces, mais également une douceur lumineuse.

 

Désireux de vivre dans une résidence contemporaine, la géométrie des espaces est couplée à des détails minimalistes et à une palette de matériaux limitée; plâtre peint blanc aux murs et plafonds, planchers d’érable huilés, placage d’érable pâle pour le mobilier intégré, main courante délicate avec fixations dissimulées et céramiques blanches et grises pour les murs et planchers des salles de bain.

 

Au final, un dialogue architectural est entretenu entre la configuration originale de la maison et sa nouvelle disposition entre autres par ; la structure de son escalier à « marches dansantes », la restauration des anciennes fenêtres au plomb, l’organisation spatiale en enfilade et la conservation de certains éléments porteurs. Une seconde vie est donnée à une résidence cossue des années 1930 fatiguée par les années offrant à ses nouveaux occupants un lieu de vie stimulant et confortable.

Type

maison unifamiliale

Intervention

Rénovation

Localisation

avenue Beloeil (Outremont), Montréal, Québec, Canada

date

2021

Credit photo

Ronan Mézière

Entrepreneur

Pasyl Construction